La voix du Nord, Héring Peck 1er

Publié le par Flibustier Willy

Le nouveau « visage » du géant carnavalesque dévoilé samedi 21.02.2009

- La Voix du Nord Héring Peck 1er attend sa première sortie, dimanche, pour le carnaval enfantin. 

 Le successeur de Rouflaquette, vedette du carnaval 2008, est prêt ! En début de semaine, à la salle des sports Robert-Pruvot, le maire Joël Demazières, accompagné de deux de ses adjointes, Nicole Wadoux et Marie-Françoise Gheury, a découvert le dernier né des géants carnavalesques. Héring Peck 1er, c'est son nom, a été imaginé et confectionné par Willy Neuquelman et habillé par Marie-Françoise Gheury qui explique : « Comme l'atelier d'action sociale du centre socioculturel avait opté pour l'Égypte, on s'est calqué sur ce thème ». Dieu égyptien Inspiré des dieux égyptiens, ce géant est doté d'un corps d'apparence humaine surmonté d'une tête animale, de hareng, en l'occurrence. Tout comme Lisa (1948), Spoutnik (1960) ou encore El'zoziot (1972), Frida du Fort Ph'lippe (1976) et Z'euro (2002), Héring Peck 1er est un géant éphémère dont la carrière s'achèvera sur le bûcher au terme de la bande du Mardi-Gras. Il sortira une première fois demain.
 Les festivités carnavalesques débuteront en effet par le carnaval enfantin, dont le départ sera donné peu après 16 h, place Charles-De-Gaulle, avec la société carnavalesque et philanthropique Les Craquelots, la troupe du centre socioculturel et Les Flibustiers.
À l'issue du défilé, les enfants se rassembleront à la salle Joseph-Brunet pour le grand rigodon final et le traditionnel jet de friandises. Mardi, la bande du Mardi Gras partira à 17 h 30 de la place Joseph-Leprêtre. Au cours du défilé, les membres de l'atelier d'action sociale distriburont leurs traditionnelles gaufres.
 Puis dès 23 h, la salle des fêtes Joseph-Brunet accueillera les carnavaleux pour la Nuit de la Flibuste, organisée et animée par Les Flibustiers.
 Les réjouissances s'achèveront par la nuit des Craquelots, samedi 7 mars à partir de 22 h 30 à la salle des fêtes Joseph Brunet.                                               
                                                               

Commenter cet article